• Un trio vraiment très swing aux Editions du Petit Pavé

    Un trio vraiment très swing

    Fin des années 60, à Paris, trois musiciens se rencontrent à Paris, dans le quartier de Montparnasse : O., pianiste sud-coréenne de Busan, Bukka, jazzman d’Alabama éprouvé par la guerre du Vietnam et Ben, saxophoniste juif de Chicago. Ils vont progressivement tisser entre eux des liens musicaux et affectifs.

    Au-delà des recherches historiques exigées par le livre, Un trio vraiment très swing est avant tout un roman retraçant le cheminement des trois protagonistes, marqué à la fois par l’envie d’un langage universel – le jazz, art génial placé ici sous l’influence prophétique de Claude Debussy – et la quête des origines. Trois nomades se croisent ici, mais chacun assume son propre destin.

    18,00
  • Le Cœur populaire aux Editions du Petit Pavé

    Le Cœur populaire

    Si les éditions du Petit Pavé ont décidé de rééditer ce recueil de Jehan Rictus, c’est à la fois pour permettre à celui que « les braves gens » appellent « le pauvre » de faire entendre sa voix à travers les poèmes de Rictus, mais également dans l’espoir de faire renaître, un jour, l’écriture d’une « poésie populaire ».

    16,00
  • Gustave Lefrançais - Histoire d'une rencontre avec un Angevin aux Editions du Petit Pavé

    Gustave Lefrançais – Histoire d’une rencontre avec un Angevin

    Si les événements de la Commune de Paris ont marqué l’Histoire, les Hommes et les Femmes qui y ont participé ont souvent été oubliés, pour ne pas dire effacés, de nos manuels. 150 ans plus tard, il est temps de leur redonner la place qu’ils méritent.

    ” Les vaincus n’ont pas d’histoire » écrivait Benoît Malon. Pour les 150 ans de la Commune de Paris, il est temps d’en octroyer une à Gustave Lefrançais.

     

    20,00
  • Paris Humilié - 1940-1941 - aux Editions du Petit Pavé

    Paris Humilié – 1940-1941 –

    Les images de Paris en 1940-1941 sont trompeuses. Plusieurs photographes ont été sélectionnés par les autorités d’occupation afin de présenter une ville apaisée et calme. Hors cette ” accréditation » il est interdit de prendre des photos à l’extérieur des habitations… Et d’ailleurs, le matériel nécessaire à la prise de vue est strictement contrôlé par la Propaganda Abteilung directement rattachée à Joseph Goebbels. Les photographies de ce livre ont été prises clandestinement par un inconnu, disparu et probablement déporté en 1941. Elles ont été sauvées par son amie qui a rédigé, sur-le-champ, des commentaires politiques au dos de chacune d’elles en indiquant lieu, date et heure de la prise de vue.

    15,00
  • Richard

    Richard, où t’as mis le corps ?

    « Richard, où t’as mis le corps ? », dont le titre adresse un clin d’œil à Boris Vian et à l’une de ses chansons, en dit long sur l’aventure dramatico-burlesque qui attend le lecteur… Si l’intrigue et les rebondissements tiennent bien du polar, Christian Milleret revisite le genre. Franchement décalé, totalement déjanté, le récit nous entraîne dans une enquête tortueuse, peuplée de personnages aussi louches que truculents.

    20,00
  • Degas

    Degas, un hiver en Louisiane

    Voyage avec Degas : C’est un doux parfum d’enfance qu’Edgar vient retrouver auprès de sa famille en Louisiane, il ne sait pas encore qu’une femme l’attend et qu’elle l’emmènera vers la quintessence de son art. Entre la passion d’une femme et celle de la peinture, saura-t-il choisir ? Il rapporte dans ses bagages à Paris, la célèbre toile, Un bureau de coton à la Nouvelle-Orléans  peinte chez son oncle mais surtout une liberté et une audace artistique qui ne le quitteront plus.

    20,00
  • La Petite Ceinture de Paris et la ligne d'Auteuil aux Editions du Petit Pavé

    La Petite Ceinture de Paris et la ligne d’Auteuil

    Cette ligne se constituait de trois sections distinctes : la ceinture rive droite, la ceinture rive gauche et la ligne d’Auteuil ainsi que d’un raccordement entre la ceinture rive droite et la ligne d’Auteuil. Dès lors que la Petite Ceinture permit le transport des voyageurs tout autour de Paris, elle devint rapidement un transport apprécié des Parisiens avant d’être supplantée par le métropolitain au début du XXe siècle. Face à cette concurrence, la Petite Ceinture vit son trafic décliner et fut bientôt fermée à l’exception de la ligne d’Auteuil qui connut un trafic de voyageurs jusqu’en 1985 avant d’être intégrée en partie à la ligne C du RER.
    La Petite Ceinture est sans doute la ligne la plus connue de France, ayant inspiré les poètes (comme Verlaine ou Léo Ferré) et les peintres (Trouillebert), procurant souvenirs et nostalgie à ceux qui l’ont fréquentée. Encore de nos jours, de façon
    récurrente, des tronçons font l’objet de réhabilitation, tandis que d’autres à l’abandon sont squattés librement.

    26,00
  • Pour l'amour de Daniel Brune aux Editions du Petit Pavé

    Pour l’amour de Daniel Brune

    L’action se déroule dans le milieu des cabarets parisiens. Dans ces lieux mythiques où se produisaient les auteurs réputés à texte. L’héroïne est une jeune serveuse qui dépeint une galerie de personnages assez truculents sur un ton humoristique. La période est très précise, elle se situe entre les années 5O et 75. Durant ces 25 ans ont éclos dans ces minuscules établissements, les plus grands auteurs, compositeurs, interprètes. Cette époque est maintenant révolue mais très peu d’ouvrages témoignent de cette période pourtant très féconde d’un point de vue artistique. La fermeture de ces cabarets et la défection progressive du public correspondent à une véritable transformation de la
    société. Des habitudes, des goûts, des modes de vie.

    18,00
  • Rencontres de grands chemins aux Editions du Petit Pavé

    Rencontres de grands chemins

    « Nous avons fait des promenades dans Paris, écumé les bouquinistes, discuté aux terrasses de café qu’il affectionnait ; parfois ses gamineries étaient contagieuses. Un jour il m’a dit :
    – Je vous attends devant la porte de la Santé, jeudi après votre cours ; pour une fois j’irai de mon propre chef et sans escorte dans cette rue ; on va inverser la situation.
    J’avais ri, l’idée était drôle, la provocation ne me déplaisait pas. Moi qui avais rêvé pendant tant d’années d’attendre Alain à sa sortie de prison et c’était un repris de justice qui me filait un rancard à ma sortie de taule…
    – Ils nous regardent attentivement avec leurs caméras, tu es fichée ! m’a-t-il glissé à l’oreille pour parfaire la scène, puisque nous étions filmés.
    Jeu, rêve, réalité ? Je ne savais plus très bien où j’en étais, qui j’étais. Pour lui, la revanche était évidente, pour moi, peut-être aussi… Arrivés au bout de la rue, il m’a lâchée et nous sommes redevenus un couple d’amis. »

    Un ouvrage choc où le passé refait surface sans complaisance pour les deux principaux personnages, Mireille et Alain, mais aussi pour le milieu carcéral et la Justice qui se devraient de réinsérer et achèvent de détruire…

    20,00
  • La chaise du fond aux Editions du Petit Pavé

    La chaise du fond

     ”  ça paraissait idiot, mais c’était la première fois que je montais dans un taxi. Nous glissâmes dans les artères de la capitale, Edith me gratifiait de quelques commentaires. Je contemplais le panorama par la vitre, les yeux avides et la bouche étonnée. Je brûlais mes décors, le papier de ma chambre et ses mouettes imbéciles, figées dans un azur propret. Mon bureau et la maquette du trois-mâts qui n’avait connu comme alizé que mon souffle lorsque je séchais devant mes devoirs. Tout se consumait, mon cartable et ma trousse d’écolier, les jouets que je tenais pour m’endormir. Le bol avec mon prénom, les livres de Stendhal, de Flaubert et de Balzac que je n’avais jamais ouverts, officiellement en tout cas. Mon enfance tout entière se consumait. Je ne voulais rien garder, rien trier. J’entrais dans une nouvelle vie, une vraie que j’allais bâtir moi-même. Mes yeux me piquaient. C’était drôlement fort l’espoir quand on n’avait pas l’habitude. »

    18,00
  • Les Soliloques du Pauvre aux Editions du Petit Pavé

    Les Soliloques du Pauvre

    Ce recueil de Jehan Rictus, composé de poèmes rédigés dans le parler populaire du début du XXe siècle, a été publié pour la première fois en 1895. Sa qualité et son authenticité méritaient une réédition.

    20,00
  • L'amour n'est pas sous le marbre blanc - Le bonheur d'Ida aux Editions du Petit Pavé

    L’amour n’est pas sous le marbre blanc – Le bonheur d’Ida

    Ida jeune fille. Ida mariée, mère. Et puis Ida grand-mère. En toutes circonstances, malgré les épreuves pénibles, elle gardera toujours un sens aigu du bonheur.
    Sa fille Sabine et Louis, son gendre, partiront en vacances pour la première fois. Ils ne reviendront jamais, ne laisseront aucune trace. Leur destin sera surprenant. Ida élèvera seule leurs deux enfants. Elle ne parlera jamais des raisons du départ de son mari, Antoine.
    Louis disait de son fils, bébé, qu’il était grognant. L’enfant pleurait peu, mais émettait en effet des grognements, comme si vivre lui était déjà un fardeau. Lucien serait-il heureux un jour ?
    Morgiane, sa sœur, chanteuse célèbre, dans les paroles de son dernier succès, Taj Mahal, ne parle-t-elle pas d’un homme cher à son cœur, voué à un destin particulier, inaccessible ? Mais leur union ne mourra jamais. « Mon âme vit dans ton âme. L’amour n’est pas sous le marbre blanc. »

    20,00